Vous êtes ici : Accueil > Espace Patients > Gros plan > Calculs vésicule bilaire > Facteurs favorisants


| | |





Quels sont les principales causes de la formation des calculs dans la vésicule biliaire ?


Les calculs biliaires sont composés d'un pourcentage variable de cholestérol, de bilirubine et de calcium.

Les calculs qui sont formés de cholestérol sont en général blancs ou jaunes et représentent environ 80 % des calculs biliaires, ce sont les calculs cholestéroliques qui sont les plus fréquents.
Ils peuvent également apparaître bruns ou noirs, alors comportant une forte concentration en pigments biliaires (les pigments biliaires sont produits par la dégradation de l'hémoglobine) se sont les calculs pigmentaires plus rares présent dans 20 % des cas.

Les deux types de calculs biliaires peuvent également fixer des sels de calcium en périphérie. Lorsque la proportion de calcium dépasse 4% du poids du calcul, il devient opaques aux rayons X et donc spontanément visibles à la radiographie de l'abdomen sans préparation (ASP) et lors d'une tomodensitométrie (Scanner).
La calcification est plus fréquente en cas de calculs pigmentaires (environ 50 p. 100) qu’en cas de calculs cholestéroliques (environ 10 à 20 p. 100).


Figure n°1 : Différents types de calculs vésiculaires
(Copyright Johns Hopkins Hospital)



Les calculs cholestéroliques

Les calculs cholestéroliques sont favorisés physiologiquement par les facteurs qui vont entraîner à une augmentation de la concentration biliaire en cholestérol et donc à la sursaturation en cholestérol et ainsi à la précipitation lithiasique.
Les facteurs vont être un excès de sécrétion biliaire de cholestérol (origine ethnique ou génétique, grossesse) et/ou un défaut de sécrétion biliaire des facteurs solubilisant le cholestérol [phospholipides (mutations MDR3) ou sels biliaires (résection iléale ou maladie iléale)] et/ou une rétention ou hypomotricité vésiculaire (grossesse, obésité, jeûne, âge).



- L'âge : Les calculs biliaires sont rares avant l’âge de 10 ans. La prévalence et l’incidence augmentent réguliérement avec l’âge. La prévalence atteint un maximum vers 60 à 70 ans.

- Le sexe féminin : A tous les âges, la prévalence est à âge égal, environ deux fois plus élevèe chez la femme que chez l’homme. Cette différence, cependant, s’atténue aprés 70 ans. Entre 50 et 60 ans, la prévalence est d’environ 10 p. 100 chez l’homme et 20 p. 100 chez la femme.

- Le surpoids et les variations importantes de poids : Chez les personnes dont le poids dépasse de 20 % le poids idéal théorique, la prévalence de la lithiase est multipliée par deux. Cela est dû à une augmentation de la synthèse et de la sécrétion biliaire du cholestérol. Cette augmentation peut s’exagérer transitoirement lors d’un régime amaigrissant jusqu’au retour du poids à la normale.

– le jeûne prolongé : 100 % des malades en nutrition parentérale totale ont une lithiase vésiculaire au bout d’un mois


- Le régime alimentaire : Un régime hypercalorique favorise la formation des calculs. Il en est de méme des régimes riches en acides gras polyinsaturés.

- Les grossesses multiples (multiparité) : favorise la formation de calculs

- Les facteurs ethniques : La prévalence des calculs cholestéroliques est trés élevée dans certains groupes ethniques, notamment chez les Indiens d’Amérique du Nord et dans certains pays, comme les pays scandinaves ou le Chili.

- Les facteurs génétiques : les antécédents de lithiase sont plus fréquents dans les familles de malades lithiasiques que dans celles des témoins et une anomalie du gène mdr3, le transporteur canaliculaire des phospholipides, est un facteur de risque de la lithiase de cholestérol chez l'adulte.

- L’hypertriglycéridémie : Un régime hypercalorique et riches en acides gras polyinsaturés favorise la formation des calculs.

- Certains médicaments : Une augmentation de la prévalence de la lithiase (qui est multipliée environ par deux) a été observée avec certains hypocholestérolémiants, notamment le clofibrate, avec les oestrogènes et avec la ciclosporine. Ces médicaments augmentent la saturation de la bile en cholestérol. Leur effet sur la saturation de la bile est rapide et transitoire. L’octréotide (utilisé dans le traitement de l’acromégalie) et la médroxyprogestérone, qui provoquent une stase vésiculaire, augmentent également la prévalence des calculs.

- Maladies intestinales : La lithiase est multipliée par deux à trois au cours des maladies intestinales (notamment la maladie de Crohn), aprés résection chirurgicale de l’iléon terminal ou aprés la réalisation d'un court-circuit jéjuno-iléal pour obésité. Dans ces circonstances, il y a une malabsorption intestinale des acides biliaires, qui aboutit à une diminution de leur sécrétion biliaire et à une sursaturation de la bile en cholestérol. Des calculs pigmentaires peuvent aussi se constituer au cours de la maladie de Crohn, probablement du fait d’une augmentation de l’absorption de la bilirubine par l’intestin grêle ou le côlon.


- Associations moins démontrées :
- Hyperlipoprotéinémies (types IIb et IV),
- Xanthomatose cérébrotendineuse

- Triade de Saint : association lithiase vésiculaire, hernie hiatale et diverticulose.
- Association lithiase avec le diabète de type 2, l’hyperinsulinémie et la sédentarité.


Les calculs pigmentaires

La lithiase pigmentaire est due à une déconjugaison de la bilirubine qui est soluble sous forme conjuguée et insoluble sous forme déconjugée. Les infections bactériennes et, en particulier, la colonisation bactérienne biliaire favorisent la déconjugaison et donc la précipitation de lithiase pigmentaire.

Les facteurs de risque de la lithiase pigmentaire sont :
- L'augmentation de production de la bilirubine (maladies hémolytiques)
- Les infections biliaires et les obstacles biliaires (sténose bénigne ou maligne de la voie biliaire principale)
- Certaines origines géographiques comme l’Asie du Sud-Est (infections parasitaires et facteurs méconnus).









BIBLIOGRAPHIE :

- Recommandations de bonne pratique pour la prise en charge de la lithiase biliaire - 2010 (SNFGE) Texte court - long.

- Admirand WH, Small DM. The physicochemical basis of cholesterol gallstone formation in man. J Clin Invest, 1968, 47 : 1043-1052.
- Bartoli E, Capron JP. Epidémiologie et histoire naturelle de la lithiase biliaire. Rev Prat 2000, 50 : 2112-2116.
- Erlinger S. La lithiase biliaire. Gastroentérol Clin Biol, 2002, 26 : 1018-1025.
- Portincasa P, Moschetta A, Palasciano G. Cholesterol gallstone disease. Lancet, 2006, 368: 230-239.
- Diehl AK. Gallstone size and the risk of gallbladder cancer. JAMA 1983;250:2323-6.
- Lowenfels AB, Walker AM, Althaus DP, Townsend G, Domellof L. Gallstone growth, size, and risk of gallbladder cancer: an interracial study. Int J Epidemiol 1989;18:50-4.
- Mbongo-Kama E, Harnois F, Mennecier D, Leclercq E, Burnat P, Ceppa F. MDR3 mutations associated with intrahepatic and gallbladder cholesterol cholelithiasis: an update. Ann Hepatol. 2007 Jul-Sep;6(3):143-9

- Moerman CJ, Lagerwaard FJ, Bueno de Mesquita HB, Van Dalen A, Van Leeuwen MS, Schrover PA. Gallstone size and the risk of gallbladder cancer. Scand J Gastroenterol 1993;28:482-6.
- Weber S. Cholecystitis. In : Blumgart LH (eds). Surgery of the Liver, Biliary Tract and Pancreas, 4th edition, Phi- ladelphia, Saunders, 2007, 482-487.
- Johnson LW, Sehon JK, LeeE WC et al. Mirizzi’s syn- drome: experience from a multi-institutional review. Am Surg, 2001, 67 : 11-14.
- Fidler J, Paulson EK, Layfield L. CT evaluation of acute cholecystitis: findings and usefulness in diagnosis. AJR Am J Roentgenol. 1996;166:1085-8.
- Morris BS, Balpande PR, Morani AC, Chaudhary RK, Maheshwari M, Raut AA. The CT appearances of gallbladder perforation. Br J Radiol. 2007;80:898-901.

- Benhamou J, Bircher J, McIntyre N, et al. Hépatologie clinique. Paris : Flammarion Médecines-Sciences; 1993
- Johnson C, Levy P. Detection of gallstones in acute pancreatitis: when and how? Pancreatology.2010;10(1):27-32
- Hanau LH, Steigbigel NH. Acute (ascending) cholangitis. Infect Dis Clin North Am. 2000;14(3):521-46.
- Lai EC, Mok FP, Tan ES, et al. Endoscopic biliary drainage for severe acute cholangitis. N Engl J Med. 1992;326(24):1582-6.
- Lai EC, Tam PC, Paterson IA, et al. Emergency surgery for severe acute cholangitis. The high-risk patients. Ann Surg. 1990;211(1):55-9.
- Kinoshita H, Hirohashi K, Igawa S, et al. Cholangitis. World J Surg. 1984;8(6):963-9.






Rédaction le 10/06/2012 par le Dr Didier Mennecier
Corrections et mises à jour : 17/12/2012, 5/05/2013, 04/07/2014, 23/05/2015, 19/08/2016, 28/10/2017