------ ----------------------------------cccccc


Réglement du D.E.S

1. INSCRIPTIONS ET REGLEMENTS

La préparation et la validation du DES d'hépato-gastroentérologie s'effectuent, dans chaque interrégion, sous la responsabilité d'un coordonnateur régional assisté par une commission interrégionale. Les textes officiels fixant les modalités de réalisation et de validation des DES sont résumés à la fin de ce document.


1.1. Inscription


L'inscription officielle est prise au plus tard à la fin du 4ème semestre d'internat, après avis favorable du coordonnateur régional et du coordonnateur local, et après avoir effectué au moins un semestre validant en hépato-gastroentérologie. Elle doit s'effectuer auprès de la faculté d'origine de l'interne ou, à défaut (internes exerçant leur fonction en dehors de leur CHU d'origine), auprès de la faculté du coordonnateur du DES, et être renouvelée chaque année.
Il est fortement conseillé de prendre une pré-inscription auprès du coordonnateur local avant la fin du 2ème semestre d'internat afin de pouvoir participer aux enseignements dès le 3ème semestre de formation. Les internes sont invités aux séminaires dès le premier séminaire s'ils le souhaitent (sur accord préalable du coordonateur)


1.2. Stages hospitaliers


La durée de l'internat est de quatre ans.
Cinq semestres doivent être réalisés dans des services validants en hépato-gastroentérologie. La liste de ces services est disponible auprès du coordonnateur régional ou local. Dans les subdivisions comportant des services spécialisés en hépatologie et en gastroentérologie, il est demandé aux internes d'effectuer au moins un semestre dans l'une de ces sous-spécialités.
Deux semestres doivent être effectués hors spécialité, si possible dans des disciplines complémentaires (nutrition, cancérologie, réanimation, radiologie, hématologie).
Six semestres doivent être effectués en CHU et deux semestres hors CHU au cours des quatre années d'internat.
A partir du 5ème semestre, les internes peuvent effectuer 1 ou 2 semestres de formation pratique dans une subdivision autre que celle dans laquelle ils ont été affectés (appartenant ou non à leur interrégion) ou à l'étranger. Cette mobilité est vivement encouragée, notamment dans les subdivisions ne comportant qu'un service universitaire validant. Il convient donc de se renseigner auprès des coordinateurs qui pourront mettre à la disposition des internes la liste des possibilités d'échange et leurs modalités (systèmes d'échange à coût nul, bourses).
Les internes sont invités à demander à bénéficier d'une année recherche. Celle-ci n'est pas prise en compte dans les obligations de formation pratique mais est entièrement financée par la DRASS.


1.3. Tutorat


Chaque interne est suivi, à partir de son inscription officielle au DES d'hépato-gastroentérologie, par un tuteur. Celui-ci est désigné par le coordinateur régional ou, par délégation, par le coordinateur local, sur proposition de l'interne, parmi les membres de la commission interrégionale. Il a pour mission d'aider et de suivre l'interne dans le choix de ses orientations et dans sa formation. Il doit rencontrer l'interne dont il a la charge au moins une fois par an et informer régulièrement le coordonnateur de l'état d'avancement de sa formation.


1.4. Cahier de stage


Un cahier de stage est remis aux internes lors de leur pré-inscription. Il comporte des feuilles de suivi de stage et des feuilles de suivi complémentaires. Une partie est remplie par l'interne, l'autre par le chef de service ou, par délégation, tout praticien responsable de la formation. L'interne regroupe et conserve les justificatifs qui pourront lui être réclamés tout au long de son cursus et lors de l'épreuve de validation.


1.5. Validation

Le coordinateur local ou régional peut, à tout moment, saisir la commission interrégionale, au vu des rapports du tuteur qui lui sont régulièrement transmis, afin de suggérer une audition de l'interne et éventuellement sa réorientation.
La validation de la formation du DES à lieu à la fin du dernier semestre d'internat. Elle est placée sous la responsabilité de la commission interrégionale qui se réunit deux fois par an.
Cette validation repose sur :
- les éléments du cahier de stage transmis par l'interne à son tuteur à l'issue de chaque semestre de formation.
- les différents comptes-rendus d'examens et attestations de présence que l'interne aura colligés et conservés tout au long de sa formation ;
- le mémoire ;
- la liste de titres et travaux rappelant les principales étapes de la formation suivie (stages hospitaliers, exposés réalisés dans les services et lors des séminaires, nature et nombre d'explorations pratiquées), les formations complémentaires en cours ou validées (DESC, DU, DIU, DEA) et la liste des publications ;
- la présentation orale du mémoire suivie d'une discussion avec les rapporteurs et les membres de la commission.
La commission attribue une mention basée sur l'ensemble des critères de validation (passable, honorable, bien très bien). Elle peut, en cas de manquement majeur à un ou plusieurs des critères de validation, exiger une formation complémentaire (non rémunérée) et/ou la soumission d'un nouveau mémoire. Une inscription supplémentaire à la faculté est alors nécessaire. L'absence de validation du DES rend impossible l'exercice de la spécialité en médecine libérale et hospitalière ainsi que l'exercice de fonctions hospitalo-universitaires.

 

2. ENSEIGNEMENT THEORIQUE

2.1. Programme et niveau des connaissances


Pour la physiologie, l'anatomopathologie et la pathologie, le programme et le niveau de connaissances requis correspondent aux traités de référence de la spécialité :
- Sleisenger and Fordtran's Gastrointesinal and liver disease, Feldamn et al edts, Saunders, Philadelphia.
- Maladies du foie et des voies biliaires, Benhamou JP et Erlinger S edts, Flammarion, Paris.
- Gastroentérologie, JC Rambaud et R Modigliani edts, Flammarion, Paris.
Les principaux thèmes de cet enseignement sont énumérés ci-dessous :
- Méthodologie de l'évaluation des pratiques de soins et de la recherche clinique et épidémiologique en hépato-gastroentérologie.
- Organisation, gestion, éthique, droit et responsabilité médicale en hépato-gastroentérologie.
- Explorations morphologiques, histologiques et fonctionnelles de l'appareil digestif. Bases fondamentales, méthodes indications, résultats.
- Cancérologie digestive. Prévention, dépistage et prise en charge.
- Pathologie immunitaire de l'appareil digestif. Bases fondamentales, maladies inflammatoires, maladie cliaque, déficits immunitaires, hépathopathies auto-immunes.
- Pathologie motrice et sensitive de l'appareil digestif.
- Pathologie infectieuse de l'appareil digestif. Hépatites virales, Helicobacter pylori, diarrhées infectieuses, parasitoses,
- Pathologie iatrogène, toxique et dépendances en hépato-gastroentérologie.
- Nutrition. Bases physiologiques, pathologie, régimes, nutrition artificielle.
- Pathologie des voies biliaires.
- Pancréatites aiguës et chroniques.
- Endoscopie de pratique courante à visée diagnostique et thérapeutique.
- Proctologie pratique. Utilisation diagnostique et thérapeutique.
- Chirurgie et transplantations en hépato-gastroentérologie. Principes, indications et suivi.
- Urgences en hépato-gastroentérologie.

 

2.2. Modalités


L'enseignement du DES d'hépato-gastroentérologie repose sur la participation active des internes. Il fait appel aux capacités de recherche bibliographique, d'analyse, de raisonnement, de synthèse, et favorise l'expression orale. Il peut s'agir de cas cliniques avec analyse bibliographique, d'exposés magistraux pour les sujets généraux et fondamentaux, de controverses, d'ateliers suivis de synthèse... Les enseignants effectuent des conférences et animent les enseignements interactifs.
Le déroulement des enseignements s'effectue selon trois modalités principales :
- séminaires de formation des DES de l'interrégion avec au moins deux sessions annuelles d'une à deux journées (le programme des séminaires n'est pas exhaustif mais doit être représentatif de l'ensemble des thèmes de l'enseignement) ;
- exposés dans les services validants effectués au cours de séances au moins hebdomadaires et sous la forme de présentation et discussion de dossier, d'exposés, d'analyses bibliographiques ;
- séminaires nationaux de formation générale (évaluation des pratiques, droit et responsabilités, gestion économie de la santé, apprentissage de la lecture médicale.) organisés en collaboration avec la Société Nationale Française de Gastroentérologie (SNFGE) ;
- participation aux séminaires de formation en Hépato-gastroentérologie de la SNFGE ou des autres sociétés représentatives de la discipline, aux journées francophones de pathologie digestive, aux congrès et enseignements post-universitaires nationaux et régionaux.


2.3. Validation


La participation régulière et active aux enseignements est requise :
- participation active et régulière à toutes les activités de formation dans les services validants ;
- présence à tous les séminaires de formation des DES de l'interrégion (sauf cas de force majeure) avec au moins une présentation annuelle ;
- présence à un des séminaires nationaux de formation générale ;
- présence à plusieurs congrès, séminaires, et enseignements post-universitaires.
La validation de l'enseignement théorique est effectuée à partir du cahier de stage rempli :
- par l'interne qui fait figurer la liste des activités (exposés dans les services validants, séminaires, congrès.) auxquelles il a participé ainsi que l'intitulé des exposés qu'il a lui-même effectués et conserve les certificats de présence qui pourront lui être demandés au moment de l'épreuve de validation ;
- par les enseignants qui donnent une appréciation individuelle lors des séminaires et globale pour les activités effectuées dans le cadre des semestres validants (satisfaisant, moyen, insuffisant).

 

3. ENSEIGNEMENT PRATIQUE


3.1. Activités cliniques


L'interne participe, en tant que praticien en formation, aux activités cliniques journalières ainsi qu'aux gardes et astreintes. La participation à des activités de consultation est encouragée.
La validation de cet apprentissage est effectuée à partir du cahier de stage rempli par le chef de service ou son adjoint qui donne une appréciation globale sur les activités et les capacités de l'interne (satisfaisant, moyen, insuffisant), apporte des commentaires pour étayer ces appréciations et valide ou pas le stage.


3.2. Endoscopie


L'interne doit, au terme de son cursus, avoir réalisé de façon autonome le nombre minimum des examens et gestes suivants : 150 endoscopies hautes, 15 endoscopies hautes avec gestes d'hémostase, 50 coloscopies totales, 25 coloscopies avec polypectomie. Ces chiffres devraient être doublés pour s'aligner sur les normes européennes (établies sur une plus longue durée de formation que celle du DES national) tout en sachant que l'aspect qualitatif (aptitude à effectuer correctement une endoscopie) importe plus que l'aspect quantitatif.
L'apprentissage pratique de l'endoscopie est effectué sous contrôle d'un enseignant, de façon séquentielle (par exemple, 1/2 journée par semaine) ou continue. Le coordonnateur doit veiller à ce chaque interne puisse accéder à une formation lui permettant d'atteindre les objectifs fixés plus haut. Il est souhaitable que des moyens pédagogiques spécifiques (films vidéo) soient mis à la disposition des internes dans les services formateurs.
La validation de cet apprentissage est effectuée à partir du cahier de stage rempli :
- par l'interne qui fait figurer la liste des examens réalisés et conserve les comptes-rendus qu'il signe conjointement avec son enseignant ;
- par les enseignants qui donnent une appréciation globale pour les activités effectuées dans le cadre des semestres validants (satisfaisant, moyen, insuffisant) ;
Un contrôle, effectué sous la responsabilité d'un enseignant désigné par le coordinateur, peut être exigé en cas de doute sur le niveau de compétence de l'interne.


3.3. Proctologie


L'interne doit, au terme de son cursus, maîtriser les examens et gestes suivants : examens proctologiques, sclérose ou ligature d'hémorroïdes, excision d'une thrombose hémorroïdaire.
L'apprentissage pratique de la proctologie est effectué, sous le contrôle d'un enseignant, lors de consultations ou de stages spécialisés.
La validation de cet apprentissage est effectuée à partir du cahier de stage rempli :
- par l'interne qui fait figurer la liste des examens réalisés et conserve les comptes-rendus qu'il signe conjointement avec son enseignant ;
- par les enseignants qui donnent une appréciation globale pour les activités effectuées dans le cadre des semestres validants (satisfaisant, moyen, insuffisant).


3.4. Autres activités


Il est souhaitable que l'interne maîtrise la pratique de la biopsie hépatique à l'aiguille fine par voie transpariétale dont il conservera les comptes-rendus histologiques correspondants.
Il est souhaitable que l'interne ait participé à quelques séances d'explorations fonctionnelles digestives (manométrie sophagienne et ano-rectale ; pH-métrie) dont il conservera les comptes-rendus.
L'interne doit avoir participé ou assisté à la réalisation d'échographies abdominales, soit dans le cadre d'un semestre en radiologie, soit en assistant à des séances d'échographie abdominale lors de ses stages dans des services validants en hépato-gastroentérologie. Il conservera les comptes-rendus signés conjointement avec l'enseignant. Les internes qui souhaitent exercer ce type d'activité de façon autonome sont invités à compléter leur formation en validant un des DU ou DIU organisés à cet effet.

 

4. MEMOIRE ET TRAVAUX SCIENTIFIQUES

 

4.1. Mémoire


Le mémoire porte sur un travail de recherche clinique ou fondamentale dont le sujet aura été préalablement soumis à la commission interrégionale. Le projet de mémoire doit être proposé avant la fin du 6ème semestre d'internat au coordinateur régional sous la forme d'un projet précisant les objectifs et les méthodes du travail envisagé. Le mémoire est réalisé sous la direction d'un enseignant choisi par l'interne qui cosigne le projet.
Le mémoire fait l'objet d'un document écrit correspondant strictement aux normes de publications d'un article original de la revue Gastroentérologie Clinique et Biologique. Le coordonnateur désigne un ou deux rapporteurs qui élaborent un rapport écrit sur le mémoire qui doit être soumis aux rapporteurs et aux membres de la commission interrégionale au moins 3 semaines avant la session de validation..
Au cours de la session de validation, l'interne présente son mémoire devant la commission et ses rapporteurs selon les règles habituelles des communications scientifiques (présentation orale de 15 minutes à l'aide de diapositives ou de transparents, suivie d'une discussion).


4.2. Travaux scientifiques


Les internes doivent s'initier à la rédaction d'articles scientifiques et à la présentation de communications orales ou affichées. Chaque interne est vivement conseillé d'avoir réalisé au cours de son cursus au moins deux publications. Il peut s'agir de publications écrites (article original, lettre à la rédaction, analyse commentée, revue générale) ou de communications (orales ou affichées) à un congrès national ou international. Ces publications doivent être signées en 1ère ou 2ème position.

 

5. FORMATIONS COMPLEMENTAIRES

Les internes du DES d'hépato-gastroentérologie sont invités à prendre contact avec leur tuteur pour envisager le plus tôt possible les possibilités de formations complémentaires, qu'il s'agisse d'un diplôme d'études spécialisées complémentaire (DESC), d'un diplôme d'université (DU) ou d'un diplôme inter-universitaire (DIU). Une liste des diplômes recommandés par les coordonnateurs interrégionaux du DES d'hépato-gastroentérologie est disponible sur demande.
La formation des DESC est dispensée à plein temps et comporte un enseignement théorique et une formation pratique accomplie dans des services agréés dans les mêmes conditions que celles qui s'appliquent à la formation en vue des DES. La préparation de chaque diplôme est placée sous la responsabilité d'un enseignant coordonnateur. Pour obtenir un DESC, les internes doivent être titulaires du DES d'hépato-gastroentérologie et avoir effectué deux semestres dans services validants pour le DESC choisi au cours de l'internat, sauf dérogation accordée par le coordonnateur. Le DESC est le seul diplôme qui donne droit à une qualification complémentaire de la spécialité principale et qui est donc exigé pour sa pratique.
Les DU et DIU sont décernés par les universités et n'ont pas de reconnaissance nationale et ne confèrent donc pas de qualification officielle. Toutefois certains DU et DIU sont reconnus par le conseil national de l'ordre des médecins et peuvent alors être mentionnés sur les plaques et ordonnances. Dans la majorité des cas, l'inscription est soumise à l'autorisation préalable de son responsable. Certains DU sont réservés aux médecins spécialistes ou aux internes.

 

6. RAPPEL DES TEXTES REGLEMENTAIRES

Extraits de la loi du 12 novembre 1968 et de l'arrêté du 4 mai 1988 modifié par les arrêtés du 29 mai 1989, du 20 décembre 1991, du 5 mars 1992 et du 9 mai 1995 et arrêté du 20 mars 1990 modifié par l'arrêté du 6 août 1991.


6.1. Services formateurs


Il est établi, pour chacune des interrégions et, au sein de celles-ci, pour chacune des subdivisions d'internat, la liste des services reconnus formateurs pour les internes en médecine. Lors de chacun des choix des internes, le DRASS de chaque région détermine ceux des lieux formateurs accessibles aux internes pour ce choix et le nombre de postes y afférents pour chaque diplôme considéré. Pour ce faire, il recueille l'avis d'une commission composée d'au moins un représentant de chacune des catégories de membres de la commission régionale des études médicales. Ces commissions peuvent s'adjoindre en tant que de besoin toute personne compétente pour chaque DES.


6.2. Formalités et organisation


La préparation de chaque DES est placée, dans chaque circonscription, sous la responsabilité d'un enseignant chargé de coordonner l'organisation des enseignements théoriques et pratiques. Cet enseignant est désigné pou une période de 3 ans, renouvelable, par les directeurs d'UFR de la circonscription après avis des conseils des UFR concernées ainsi que des enseignants de la spécialité.
Les internes exercent leurs fonctions durant au moins 2 semestres dans les services d'un établissement autre qu'un CHR faisant partie d'un CHU. Néanmoins l'enseignant coordonnateur du DES, en fonction des obligations de formation de ce diplôme et des capacités de formation de la subdivision dont relève l'intéressé, peut limiter à 1 semestre la durée de fonctions dans un établissement autre qu'un CHR faisant partie d'un CHU.
Les stages extra-hospitaliers des internes font l'objet d'une convention entre le responsable de l'organisme ou laboratoire où s'effectue le stage, le directeur de l'UFR dont relève l'interne et le directeur général du CHR auquel l'intéressé est rattaché. La convention désigne le maître de stage.
La formation pratique hospitalière est assurée sous la responsabilité du chef de service auprès duquel est affecté l'interne. Chaque stage de formation pratique fait l'objet d'une validation.
Les internes prennent une inscription administrative annuelle en vue d'un DES auprès d'une des universités de l'interrégion dans laquelle ils sont affectés, selon les règles fixées par le ou les conseils des UFRM et approuvées par le ou les présidents d'université concernés.
L'inscription définitive est prise au plus tard à la fin du 4ème semestre effectué après nomination en qualité d'interne, après avis du coordonnateur. Pour pouvoir s'inscrire définitivement dans le DES de leur choix, les internes doivent avoir effectué au moins un semestre spécifique de ce diplôme et pouvoir satisfaire dans les délais impartis aux exigences du programme du DES qu'ils choisissent.
Les internes peuvent demander à réaliser 1 ou 2 semestres de formation pratique dans une subdivision autre que celle dans laquelle ils ont été affectés, appartenant ou non à leur circonscription, lorsqu'ils ont réalisé 4 semestres de fonctions d'internat. Pour réaliser un stage hors de leur subdivision d'affectation, les internes doivent obtenir l'accord de différents responsables hospitaliers et universitaires (chef du service d'accueil, directeur de l'établissement hospitalier d'accueil, directeur général du CHR de rattachement, directeur de l'UFR où ils sont inscrits et de l'UFR de la subdivision d'accueil, coordonnateurs de DES de la ou des interrégions d'origine et d'accueil). Les internes adressent ensuite ces avis au DRASS de la région d'accueil et d'origine.
Les internes, après la fin de leur 4ème semestre effectué après nomination en qualité d'interne, peuvent demander à réaliser 1 ou 2 semestres consécutifs de formation pratique à l'étranger. Les conseils des UFRM déterminent, sur proposition de l'enseignant coordonnateur de la spécialité et après approbation des présidents d'université, les règles selon lesquelles les internes peuvent effectuer un stage à l'étranger et les conditions d'équivalences d'enseignement susceptibles de leur être accordées.


6.3. Formation et validation


Les enseignements sont organisés par les UFRM des universités habilitées à cet effet, selon des modalités déterminées par les conseils des UFRM, sur proposition de l'enseignant coordonnateur du diplôme dans l'interrégion, et approuvées par le ou les présidents d'université.
Les enseignants coordonnateurs interrégionaux d'un même diplôme se concertent en vue d'harmoniser leurs propositions : (a) aux différentes UFRM concernant le contenu, les modalités et les méthodes d'évaluation des enseignements, (b) aux différentes commissions interrégionales d'agrément prévues à l'art. 68 du décret n° 88-321 du 7 avril 1988 concernant les critères d'agrément des services, en prenant en compte notamment, l'encadrement et les moyens pédagogiques, le degré de responsabilité des internes, la nature et l'importance des activités de soins et éventuellement de recherche clinique. En tant que de besoins, les coordonnateurs se concertent sur le contenu et les conditions d'accès aux enseignements théoriques de leur formation et font des propositions d'agrément commun pour certains services.
Les enseignements sont dispensés au sein des UFR, des CHR faisant partie des CHU et des autres établissements d'affectation des internes.
Les obligations de formation pratique sont propres à chaque DES. Elles s'effectuent dans des services agréés définis pour chaque DES. Les stages effectués à l'étranger peuvent être pris en compte dans les obligations de formation pratique prévues pour chaque DES.
Le DES est délivré sur proposition d'une commission interrégionale instituée pour chaque spécialité. La commission interrégionale, dont les membres sont désignés par les directeurs des UFRM, comprend : l'enseignant coordonnateur du diplôme, au moins 3 autres professeurs, dont 2 au moins de la spécialité. La commission se prononce au cours du dernier semestre d'internat. Elle fonde ses propositions sur :
1. Les rapports établis par l'interne et complétés par les appréciations annuelles de l'enseignant coordonnateur et, le cas échéant, des enseignants coordonnateurs d'autres spécialités, et par les appréciations semestrielles des chefs de services hospitaliers, des responsables des services extra-hospitaliers ou des laboratoires de recherche dans lesquels ont été affectés les internes.
­ Pour les enseignements organisés par les UFRM, les rapports des internes comportent la liste des séminaires, conférences, tables rondes ou autres enseignements propres à chaque DES auxquels ils ont assisté. Leur participation active à ces réunions doit être soulignée, en précisant les exposés qu'ils ont eux-mêmes effectués. Les appréciations des responsables d'enseignement portent sur les mêmes éléments et notamment sur l'aptitude des internes à analyser de manière critique et à exposer les données de la littérature ou les résultats de leurs recherches. Ces appréciations ne résultent pas de l'interrogation écrite des internes.
­ Pour la formation dans les services, les rapports portent notamment sur leur participation aux séances de bibliographie, aux présentations de dossiers et aux réunions d'enseignement organisées dans le service ou le laboratoire où ils sont affectés, sur les interventions et autres actes techniques réalisés, sur leur participation aux gardes et aux consultations organisées dans le service ou le laboratoire où s'effectue leur stage. Les appréciations des chefs de service portent sur les mêmes éléments et sont consignées sur un même formulaire, commun à tous les DES. Des pièces complémentaires peuvent toutefois être demandées, en fonction des particularités de chaque DES (comptes rendus etc.), sur proposition des responsables d'enseignement, selon des règles définies conjointement par les conseils des UFRM de l'interrégion et les présidents des universités concernées.
2. Un mémoire rédigé et soutenu par l'interne et portant sur un travail de recherche clinique ou fondamentale ; le mémoire peut porter sur un thème spécifique ou être constitué d'un ensemble de travaux. Le sujet du mémoire doit être préalablement approuvé par l'enseignant coordonnateur. Avec l'accord de l'enseignant coordonnateur, la thèse peut, en tout ou partie, tenir lieu de mémoire si elle porte sur un sujet de la spécialité et si elle est soutenue lors de la dernière année d'internat.
3. Un document de synthèse rédigé par l'interne portant sur les travaux scientifiques qu'il a réalisés, notamment dans le cadre de la préparation d'un DEA, sur sa participation à des congrès ou colloques, ses stages à l'étranger et toute autre formation ou expérience complémentaire.
La commission s'assure de la conformité des formations pratiques et théoriques validées au cours du 3e cycle aux dispositions réglementaires applicables au DES de la spécialité.
Les internes n'ayant pas obtenu leur diplôme à la fin de leurs études de 3e cycle en qualité d'interne ont la possibilité de se présenter à nouveau devant la commission. Ils doivent, le cas échéant, pour ce faire, reprendre une inscription universitaire.
Lors de la validation terminale, la commission interrégionale peut, le cas échéant, prendre en considération des enseignements différents de ceux des DES auxquels sont inscrits les intéressés et des stages pratiques validés dans des services agréés au titre d'un autre DES selon les règles fixées par les conseils des UFR et approuvées par les présidents des universités concernés.


6.4. Extraits du décret no 99-930 du 10 novembre 1999 fixant le statut des internes en médecine


L'interne en médecine ou en pharmacie est un praticien en formation. L'interne consacre la totalité de son temps à ses activités médicales et à sa formation. Ses obligations normales de jour sont de onze demi-journées par semaine. L'équivalent de deux de ces demi-journées est consacré à sa formation universitaire et peut être regroupé selon les nécessités de l'enseignement suivi. L'interne participe au service de gardes et d'astreintes selon des modalités fixées par arrêté des ministres chargés du budget, de l'enseignement supérieur et de la santé. Il reçoit sur son lieu d'affectation, en sus d'une formation universitaire, la formation théorique et pratique nécessaire à l'exercice de ses fonctions.
L'interne en médecine exerce des fonctions de prévention, de diagnostic et de soins, par délégation et sous la responsabilité du praticien dont il relève. Les internes sont soumis au règlement des établissements ou organismes dans lesquels ils exercent leur activité. Ils doivent s'acquitter des tâches qui leur sont confiées d'une manière telle que la continuité et le bon fonctionnement du service soient assurés. Ils ne peuvent en particulier, sous peine de sanctions disciplinaires, s'absenter de leur service qu'au titre des congés prévus au chapitre II du présent décret et des obligations liées à leur formation théorique et pratique.
L'année-recherche ne peut être réalisée que lorsqu'un contrat a été conclu entre l'interne concerné, le préfet de région ou son représentant et le directeur du centre hospitalier régional de rattachement. Un arrêté des ministres chargés de l'enseignement supérieur, de la recherche et de la santé fixe les modalités de déroulement de l'année-recherche ainsi que les clauses types du contrat. L'interne perçoit une rémunération égale à la moyenne des émoluments de 2ème et 3ème année. Le centre hospitalier régional de rattachement assure la rémunération de l'interne.
L'interne a droit à un congé (payé) annuel de trente jours ouvrables, le samedi étant décompté comme jour ouvrable. La durée des congés pouvant être pris en une seule fois ne peut excéder vingt-quatre jours ouvrables.
Les stages accomplis à l'étranger, le cas échéant dans le cadre d'une mission humanitaire, sont pris en compte, s'ils sont validés, pour le calcul de la durée des fonctions accomplies par les internes.


ccccccc