Vous êtes ici : Accueil > Espace Patients > Gros plan > Pancréatite > Fonction du pancréas


| | |





Quel est le rôle du pancréas dans l'organisme ?


Le pancréas a deux fonctions correspondant à l'action de deux types de cellules qui le constitue. C'est pour cette raison que l'on dit que le pancréas est une glande mixte à savoir à la fois exocrine et endocrine.


La fonction exocrine est représenté par 90 % des cellules du pancréas et est directement impliquée dans les processus de la digestion. Certaines cellules pancréatiques (cellules acineuses ou Acini) regroupées en grappes fabriquent des enzymes digestives enzymes sécrétés par les cellules zymogènes des cellules Acineuse qu'elles déversent dans de petits canaux ou canalicules qui se drainent dans les canaux excréteurs et fusionnent pour donner le canal excréteur principal du pancréas : canal de Wirsung (Figure n°1 et 2).


Figure n°1 : Acini et canalicules

Ces canalicules sont eux-mêmes bordés par des cellules tubulaires (ou Centroacineuse) qui produisent une solution alcaline et des ions bicarbonates qui neutralise l'acidité gastrique.
Ces deux types de sécrétions, bicarbonates et enzymes digestifs, forment le suc pancréatique qui va digérer les aliment arrivant de l'estomac.

La plupart des enzymes sont sécrétées sous forme de pro-enzymes inactives et ne seront activées que quand elles seront libérées dans le tube digestif. Si les enzymes étaient activées dès la sécrétion dans les canaux pancréatiques, elles pourraient digérer directement la glande pancréatique. Ceci se produit dans les pancréatites aiguës où une inflammation active ces enzymes : on observe alors une nécrose de la glande pancréatique. Les enzymes sont donc utiles mais potentiellement dangereuses.

La sécrétion fluctue en fonction de la prise alimentaire, elle varie entre 1 L et 1,5 L par 24h et possède une concentration riche en protéines : jusqu'à 10 à 15g de protéines.

Les enzymes pancréatiques sont nombreuses :
La plus prédominante des enzymes (environ 20%) est la trypsine. Elle est sécrétée initialement sous forme inactive : trypsinogène. On a identifié des trypsinogènes avec des mutations sur un des gènes codants : on aboutit à une protéine anormale, perd sa fonctionnalité, génère des formes de pancréatites chroniques de type héréditaire.
Les autres enzymes sont les amylases qui digèrent les sucres, les lipases qui digèrent les lipides ainsi que la chymotrypsine, l'élastase et les exopeptidases.

Ce qui apparaît en premier dans les pathologies est l'insuffisance pancréatique qui est la maldigestion des lipides. Cela se traduit par une augmentation de concentration des graisses alimentaires dans les selles réalisant une stéatorrhée.





La fonction endocrine qui représente environ 10% de la totalité du parenchyme, est dévolue aux ilots de cellules spéciales disséminés au sein du pancréas exocrine, les ilots de Langerhans qui contiennent plusieurs types de cellules : les cellules A (ou alpha2) qui sécrètent le glucagon (hormone hyperglycémiante) et les cellules B (ou béta) qui sécrètent l'insuline (hormone hypoglycémiante) (Figure n°2). Il y a d'autres cellules endocrines en plus petit nombre : les cellules D à somatostatine.



Figure n°2 : Situation des îlot de Langerhans au sein du pancréas


L'Insuline est l'hormone essentielle sécrétée par le pancréas. C'est gràce à ses propriétés hypoglycémiantes que le pancréas exerce sa fonction endocrine essentielle : la régulation du métabolisme des sucres. L'insuline abaisse le taux du sucre sanguin (glycémie).

Le Glucagon est une autre hormone du pancréas. Ses propriétés sont opposé à celles de l'insuline car il provoque l'augmentation de la glycémie en libérant le glucose à partir des réserves glycogéniques du foie (glycogénolyse).
Ainsi par ses deux hormones glyco-régulatrices d'action antagonistes, le pancréas endocrine assure donc au mieux des besoins de l'organisme la régulation du métabolisme des sucres et la stabilité de la glycémie.



Nous verrons lors de la pancréatite chronique que les patients vont présenter une insuffisance endocrine par manque de sécrétion d'Insuline et donc un diabète et une insuffisance exocrine qui va entraîner des diarrhées graisseuses ou stéatorrhées








BIBLIOGRAPHIE :

- Ammann RW, Muellhaupt B. The natural history of pain in alcoholic chronic pancreatitis. Gastroenterology 1999;116:1132-40.

- Idelman S. Endocrinologie - Fondements physiologiques. PUF, 1990.
- Hazard J, Perlemuter L. Abrégés endocrinologie. Masson, 1978.






Rédaction le 10/12/2011 par le Dr Didier Mennecier
Corrections et mises à jour : 17/04/2012, 6/10/2012, 05/05/2013, 04/07/2014, 02/06/2015, 19/08/2016, 28/10/2017