Vous êtes ici : Accueil > Espace Patients > Gros plan > Pancréatite > Physiopathologie


| | |





Quels sont les mécanismes physiopathologiques qui entraînent une pancréatite ?


Au sein du pancréas, des mécanismes protecteurs intracellulaires préviennent l’activation du trypsinogène en trypsine ou diminuent l’activité de cette dernière lorsqu’elle est formée in situ. La maladie se dévoile quand ces mécanismes sont dépassés.

L’activation du trypsinogène est alors inappropriée au sein des cellules pancréatiques menant à une autodigestion et à une inflammation locale et peut aboutir à un phénomène de nécrose multiviscérale.

Par exemple, en cas d’obstruction du canal de Wirsung par des calculs lithiasiques, les enzymes rétrodiffusent à l’intérieur de la glande sous l’effet de l’augmentation de la pression intracanalaire et lysent les cellules pancréatiques. A ce stade, l’activation enzymatique des protéases stimule le recrutement de polynucléaires neutrophiles, de lymphocytes et de macrophages.




(Copyright Johns Hopkins Hospital - Traductions Hepatoweb.com)


La propagation dans la circulation systémique des cytokines pro-inflammatoires (comme les interleukines 1, 6, et 8 et le TNF alpha) et des enzymes pancréatiques est à l’origine de la formation de microthrombi disséminés, d’une augmentation de la perméabilité vasculaire et d’une toxicité cellulaire directe.

Ces phénomènes entraînent une hypoxemie et une insuffisance circulatoire et expliquent les dysfonctions d’organes observees dès la première semaine.

Les complications respiratoires sont présentes dans 75% des cas de pancreatite aiguë grave, allant de l’hypoxemie au syndrome de detresse respiratoire aiguë.

L’insuffisance rénale aiguë a d’abord un profil fonctionnel secondaire à une hypovolemie. Elle peut ensuite evoluer sur un versant organique par nécrose tubulaire aiguë en cas d’hypoperfusion renale persistante.

Enfin, l’activation anarchique de la coagulation et de la fibrinolyse explique la fréquence élevée des coagulopathies de consommation.





BIBLIOGRAPHIE :

- Idelman S. Endocrinologie - Fondements physiologiques. PUF, 1990.
- Hazard J, Perlemuter L. Abrégés endocrinologie. Masson, 1978.





Rédaction le 10/12/2011 par le Dr Didier Mennecier
Corrections et mises à jour : 17/04/2012, 6/10/2012, 05/05/2013, 04/07/2014, 02/06/2015, 19/08/2016, 28/10/2017